1,2,3... Abracadabra

Dès que je suis arrivée au Pérou, la magie à opérer.

Du moins, je l'ai vue à partir de ce moment-là.

 

Et quel changement de point de vue!

Un revirement à 180°.

 

Cela m'a appris l'art du détachement et de l'observation.

 

Tout ce dont j'avais besoin m'était apporté sur un plateau d'argent chaque jour. C'était déroutant et extraordinaire.

 

Pour vous situer un peu voici quelques événements qui m'ont impressionnée.

 

D'abord la synchronicité à l'auberge de Lima: une seule place restante, avec un française! Moi qui ne "baragouinais" que peu d'espagnol!

Le lendemain, en allant manger toutes les deux, nous avons rencontré un des guides du Museo de la Nacion qui nous a proposé de nous faire une visite guidée!

Ensuite, je suis partie vers Tarma. Il faut savoir que je n'avais pas beaucoup d'économies, et que je comptais travailler sur place.

J'ai vécu mes trois années de voyage avec 3000€ (avions non compris). Pour le reste, j'ai travaillé tout au long du voyage.

À Tarma, il n'y avait pas de travail, mais une aubergiste m'a donné 9 soles pour m'aider.

Quand j'ai voulu prendre le bus vers Huancayo c'était...9 soles!!

 

De villes en villages, de rencontres en connaissances, j'ai chaque fois eu exactement ce dont j'avais besoin. Pas un centime de plus, pas un oreiller de moins.

 

Alors, au fil des jours, des semaines, des mois... J'ai appris à ne rien attendre, à juste vivre l'instant présent avec une confiance telle que tout arriva toujours à point. Parfois même, 5 minutes seulement avant que je ne tombe en désespoir. Ce fût un fameux exercice d'équilibre intérieur, de vigilance, d'observation et de lâcher-prise.

 

Je me souviens d'avoir été faire du Woofing en Colombie, près de Manizales, et c'était vraiment un endroit bizarre: on travaillait trop pour une nourriture très moyenne et des visites aux alentours peu fréquentes. J'étais un peu désappointée de cette expérience. Mais là-bas, j'avais pris connaissance d'un endroit près de Bogotá où on faisait de la permaculture et la propriétaire du domaine créait chaque année un calendrier lunaire! Cela m'appelait totalement!! Mais je ne savais pas y aller tout de suite, il fallait que je travaille pour payer mes billets de bus... J'ai vécu encore 1 mois en voyageant avant de me retrouver dans un petit village: Villa de Leiva.

Je suis arrivée là-bas avec plus un rond en poche. Mon sac sur le dos et mon violon au bras. Point. Et il était 5h du soir... Autant dire que j'étais tendue. Il ne fait pas bon passer la nuit dehors, en Colombie. Alors, j'ai été déposé mes affaires dans une mini auberge, disons dans une pièce mise à disposition par une mère au foyer qui avait besoin de rentrées financières, et j'ai pris mon violon. Je lui ai dit que je rentrais une heure plus tard avec la somme nécessaire pour la nuit.

1) Elle m'a fait confiance!

2) J'ai fait confiance à la Vie et j'ai été jouer du violon dans la première petite boulangerie-dégustation que j'ai croisée.

3) J'ai reçu exactement la somme pour payer ma nuit + un morceau de gâteau et un café!! Merveilleux, j'avais une faim de loup.

Rassasiée et heureuse, je suis partie payé mon dû et me reposer.

Le lendemain, je voulais trouver quelque chose de plus stable. Mais c'était compliqué. Je jouais du violon sur la place du village quand un homme est venu me trouver. Il trouvait que je jouais vraiment bien et souhaitait que j'enseigne le violon et la musique à ses filles de 3 et 10 ans!!

Merci l'Univers! J'ai dit oui, et nous avons convenu d'un arrangement pour un mois.

Mais il me fallait un logement... La nuit approchait à grands pas... Quand, j'ai croisé une personne qui m'avait entendue jouer plus tôt, elle m'emmena dans une auberge... Je n'oublierai jamais l'accueil que j'ai reçu: "Hola querida, que tal? Quiere comer algo? Quiere tomar algo?..." Et une grande embrassade! J'ai été invitée à souper. Et, même si je n'avais pas de suite de quoi la payer, elle m'a fait confiance. Elle m'a installée dans un dortoir tout cosy et on a convenu d'un arrangement au mois. Le lendemain, en me baladant, après avoir donné mon atelier musique, j'ai croisé un français qui tenait un resto très réputé. Il m'avait entendue jouer et m'a invitée à venir tous les samedis soirs en échange d'un repas (végétarien :) ) et je pouvais passer le chapeau!!

Le rêve! J'avais déjà deux créneaux de boulot "stable" (par rapport à mon mode de vie), un logement et tout cela en moins de 72h!!

Et le cerise sur le gâteau... Maria, la propriétaire de l'auberge où je logeais, connaissait personnellement les gens qui tenait l'Arca Verde, le lieu de permaculture où je souhaitais me rendre depuis 1 mois! J'ai halluciné, j'ai ris, j'ai dansé de gratitude!

Nous y avons été trois jours plus tard. J'ai fait le connaissance de Pierre et Mariela, et j'ai été séjourner chez eux, plusieurs fois...

 

Mes deux premières années de voyage se déroulèrent comme cela. Parfois, j'avais des petits "tests" de la Vie, pour savoir si j'étais toujours droite avec moi-même... Mais j'ai toujours été protégée, entourée et aidée.

Pas une fois, en trois ans de voyage (seule, avec mon violon, en faisant du stop régulièrement) je n'ai été agressée ou embêtée.

 

La troisième année fût un voyage un peu différent... Mais je vous laisse la surprise pour la semaine prochaine ;)

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Anne (lundi, 24 juillet 2017 16:06)

    Je découvre que tu as fait du wwoofing, que tu es intéressée par la permaculture, et je reste sidérée par tant de points communs. J'ai fait confiance en la vie et, comme toi, elle me l'a bien rendu en me faisant rencontrer les bonnes personnes au bon moment.
    Sans argent, je voulais aussi apprendre la permaculture, j'en ai eu la possibilité en Australie où on m'a permis de faire un stage offert pour mon travail dans le centre...
    Je me réjouis de lire la suite de tes aventures <3